Thème transverse : Transition des anciennes exploitations de minerais arséniés vers de nouveaux usages

Dans le cadre du projet de création du GDR TAEMA, EC2CO soutient un thème transverse dédié à la transition des anciennes exploitations de minerais arséniés vers de nouveaux usages. Dans un premier temps, il s’agit de soumettre des lettres d’intention, qui seront suivies, pour celles qui seront retenues, de la soumission et l’évaluation de projets pluridisciplinaires et structurants.

© P. BLOT/LEEMAGE

L’après-mine et l’activité industrielle associée à l’activité extractive laissent des territoires en déprise, caractérisés notamment par la présence de déchets miniers et de milieux impactés par des contaminations métalliques. A partir de tels sites, les éléments métalliques peuvent être mobilisés dans l’environnement par divers mécanismes (lessivage, érosion hydrosédimentaire, envols, …). Dans le cas des anciennes exploitations de minerais arséniés, la mobilisation d’arsenic, élément toxique et mobile, nécessite une vigilance particulière. Des événements climatiques et notamment les conséquences des crues d’octobre 2018 observées au niveau de l’ancien district minier de Salsigne, mettent en lumière le besoin pour une recherche pluri/transdisciplinaire dédiée à ce type d’anciens sites d’exploitation de minerais arséniés.

La compréhension des facteurs et mécanismes qui influencent les impacts (environnementaux, sanitaires, sociaux, …) de ces anciennes exploitations relève d’approches scientifiques pluridisciplinaires associant hydrologie, géochimie, écologie, écotoxicologie, santé publique et sciences humaines et sociales, ainsi que des moyens pluri-annuels justifiant la proposition de ce défi transverse spécifique.

Outre un diagnostic, ces anciennes exploitations minières nécessitent une gestion de l’actuel et une transition vers une situation plus satisfaisante pour l’ensemble des acteurs, cette transition et ses aspects sociétaux constituant un axe fort et transverse du défi.

Ainsi, les questions scientifiques inhérentes à ce défi transverse relèvent :

  • de la compréhension des dynamiques de flux polluants sous différentes formes (dissouts dans l’eau souterraine ou de surface, particulaires dans les flux hydrosédimentaires ou aériens, avec un focus sur les évènements climatiques extrêmes ;
  • du monitoring des différentes formes d’arsenic biodisponible, dans les différents compartiments ;
  • du risque pour la santé humaine et pour l’environnement associé à ces flux ;
  • du diagnostic et de la restauration de fonctions et services écosystémiques ;
  • de solutions techniques de stabilisation, remédiation, valorisation ou re-fonctionnalisation ;
  • de la dimension SHS du diagnostic actuel et de la transition à opérer (dynamiques sociales, acceptabilité, économie des externalités environnementales, …).

Périmètre de l’appel à projet

Une extraction de la base de données PROMINE effectuée par le BRGM pour identifier les anciens sites pour lesquels l’arsenic constituait la substance économique principale indique une quarantaine d’anciennes exploitations artisanales, auxquelles il faut rajouter les sites pour lesquels l’arsenic était un coproduit et qui présentent des risques pour l’environnement. Ce nombre étant évalué à au moins une vingtaine de sites, on peut dire qu’on se situe entre 50 et 100 sites potentiellement concernés par ce défi. Il convient de souligner qu’étant donné l’ampleur des difficultés rencontrées sur l’ancien district minier de Salsigne, la Vallée de l’Orbiel constitue un enjeu de recherche stratégique.

Modalités de dépôt des projets

Les porteurs de projets soumis au thème transverse doivent au préalable déposer une lettre d’intention jusqu’au 15 septembre 2021, à envoyer par e-mail à l’adresse sandrine.plaud-guerin@cnrs.fr. Il n’est pas nécessaire pour ces projets de déposer un projet complet sur Sigap à ce stade.

Les projets soumis au thème transverse doivent s’inscrire dans l’un des trois types de projets, et donc suivre les mêmes recommandations en terme de budget et de durée.

Les lettres d’intention, n’excédant pas 3 pages et en format PDF, doivent comporter a minima les informations suivantes :

  • Titre
  • Responsable et participants
  • Unité de rattachement
  • Type de projet (cf guide des programmes nationaux)
  • Durée totale et calendrier du projet
  • Budget envisagé et autres sources de financement demandées ou assurées
  • Mots-clés
  • Justification de l’adéquation du projet avec le thème transverse
  • Présentation succincte du projet et des résultats attendus

Les porteurs recevront ensuite un avis début octobre les invitant, ou non, à déposer leur projet complet sur Sigap pour le 18 octobre.