Action transverse aux programmes : « Origines : Terres primitives et apparition de la vie »

La prospective INSU 2020 a recommandé la thématique Origines/Exobiologie à travers la mise en place d’un axe transverse : « Terres primitives et apparition de la vie ». Cet axe sera ouvert pour la première fois dans le cadre de l’appel d’offres des programmes nationaux INSU 2022.

L’objectif de cet appel d’offres est de mettre en place de courts projets de recherche d’une année entre des porteurs d’au moins deux domaines différents de l’INSU ou issus de l’INSU et d’autres instituts du CNRS, et dont le sujet ne serait pas déjà couvert par des programmes nationaux existants, en vue d’aider au démarrage de la communauté.

  • Les champs d’investigations couverts par cet appel sont très vastes et couvrent à titre d’exemples :
  • la formation des systèmes planétaires qui hébergent des planètes habitables ;
  • l’évolution de la Terre primitive ;
  • l’étude des matériaux primitifs ;
  • la planétologique comparée incluant les (proto) écosystèmes ;
  • l’héritage interstellaire chimique et cinématique de la formation planétaire dans l’acquisition des conditions prébiotiques ;
  • la transition de la chimie à la biologie primitive ;
  • les biosignatures ;
  • la modélisation de la vie ;
  • l’émergence de la vie et sa perception par les humains ;

Ces projets courts seront des preuves de concept pour un futur programme inter-disciplinaire ou pour préparer les futurs appels à projets d’un tel programme. Ils pourront reprendre des thèmes des Défis 1 et 2 de la prospective INSU qui ne sont pas déjà couverts par des programmes nationaux et développer, par exemple, des collaborations interdisciplinaires avec la physique, la chimie, la biologie, l’environnement, les sciences humaines et sociales, etc. pour, entre autres, interpréter des observations, réaliser des simulations numériques ou des expériences de laboratoire.

Voir aussi dans «Programmes AA»

Actions spécifiques L’ASHRA est une action transverse aux programmes thématiques en astronomie et soutient depuis de nombreuses années les développements des techniques Haute Résolution Angulaire en optique et infrarouge pour les observatoires au sol et spatiaux. Cette thématique de recherche en instrumentation recouvre les développements en interférométrie longue base, en optique adaptative et en observation à très haut contraste, avec une importance croissante et croisée des sciences des données. Le domaine connaît une évolution riche et soutenue, dans laquelle la communauté française prend une place de premier plan reconnue internationalement. Dans ce cadre, l'ASHRA a un rôle important en termes d'animation et coordination sur les actions de R&D amont ; elle apporte aussi un suivi et un support sur les développements engagés dans de grands projets ; elle veille enfin à une articulation pertinente avec les programmes thématiques que ce soit pour la prise en compte des priorités observationnelles à moyen et long terme ou pour l'aide à l'exploitation des nouveaux instruments par la plus large communauté. L'ASHRA est financée par l’Institut National des Sciences de l’Univers (INSU) du CNRS et le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES). CSAA La Commission Spécialisée Astronomie-Astrophysique de l’INSU est l’une des quatre commissions spécialisées de l’INSU. Elle est constituée de membres nommés pour cinq ans par l’INSU et de membres invités représentant les programmes nationaux, les actions spécifiques, des membres de la direction de l’INSU, les représentants du CNES et du MESRI. La CSAA est de façon générale l’organe d’expertise de l’INSU pour le domaine astronomie-astrophysique. Elle dispose de plusieurs prérogatives : - la répartition des crédits de recherche qui lui sont affectés sur le budget du domaine Astronomie-Astrophysique de l’INSU pour la R&D, la jouvence, la mise à niveau et les engagements sur des équipements ou actions nouvelles qui ne relèvent pas des programmes nationaux ou actions spécifiques ; - la proposition à la direction de l’INSU des services nationaux d’observation à labelliser ou à délabelliser, le suivi et l’évaluation de ces services ; - l’évaluation, le suivi et la mise en place ou l’arrêt des programmes nationaux et actions spécifiques ; - la prospective du domaine astronomie-astrophysique de l’INSU en lien avec la Section 17 du CoNRS. La CSAA se réunit deux fois par an au printemps et à l’automne. PCMI L’objectif de PCMI est de comprendre les mécanismes physiques, chimiques et dynamiques qui régissent l’évolution du milieu interstellaire des premières galaxies jusqu’à notre voie lactée. Observations, expériences de laboratoire, théorie, modèles, simulations numériques et astrostatistique sont combinés afin de faire progresser significativement les connaissances de ce milieu ouvert, complexe, au cœur du cycle de la matière, où les étoiles naissent, vivent, et meurent. Le milieu interstellaire est ainsi un milieu favorable à l’émergence de nouvelles propriétés, non seulement sous forme de structures à grande échelle, mais aussi sous forme d’une complexification de la matière à l’échelle moléculaire et son lien avec l'exobiologie. PCMI est financé par l’Institut National des Sciences de l’Univers (INSU), l’Institut de Chimie (INC) et l’Institut de Physique (INP) du CNRS, le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), ainsi que l’Institut de Recherche sur les lois Fondamentales de l’Univers (IRFU) du Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA).